Série de 13 dessins & texte autour des flâneries d'un pigeon parisien.

Il est 8h. sis boulevard Haussmann. Les fenêtres de l’appartement sont à gorge déployées. Les enfants piaulent. Le platane se vautre jusqu’au salon. Il a les pâtes engluées de sommeil mais le bec déjà enrobé de soleil. Dans un instant, la gorge, les ailes, le ventre seront tisonnés de douleur. Jean-Jacques, pigeon bizet, s’ébroue. 

Il est 8h. sis boulevard Haussmann. Les fenêtres de l’appartement sont à gorge déployées. Les enfants piaulent. Le platane se vautre jusqu’au salon. Il a les pâtes engluées de sommeil mais le bec déjà enrobé de soleil. Dans un instant, la gorge, les ailes, le ventre seront tisonnés de douleur. Jean-Jacques, pigeon bizet, s’ébroue. 

D’un mouvement d’aile il redessine, une fois, deux fois, trois fois, la moulure ornementée du plafond - sorte de jogging matinal - se plante devant le grand miroir, ferme les yeux et roucoule. Diva atterrée. La meute parisienne ne sait vraiment pas se tenir ! Le mur est encore maculé de fientes. Quelle bassesse. 

D’un mouvement d’aile il redessine, une fois, deux fois, trois fois, la moulure ornementée du plafond - sorte de jogging matinal - se plante devant le grand miroir, ferme les yeux et roucoule. Diva atterrée. La meute parisienne ne sait vraiment pas se tenir ! Le mur est encore maculé de fientes. Quelle bassesse. 

La journée commence pour JJ. Assorti d’un carré de soie qu’il a déniché dans un placard, il s’élance. 

La journée commence pour JJ. Assorti d’un carré de soie qu’il a déniché dans un placard, il s’élance. 

Etape numéro 1, les abords de la boulangerie où il se livre chaque matin à cette attitude batailleuse de pigeon affamé, ce qui lui fait horreur. On l’aura compris, JJ est un pigeon précieux. Il glane des morceaux encore chauds de brioches qui dégringolent des poussettes. Il doit être rapide, de façon à contrer la flopée de semelles et d’asphalte mélangés qui détruisent les saveurs. 

Etape numéro 1, les abords de la boulangerie où il se livre chaque matin à cette attitude batailleuse de pigeon affamé, ce qui lui fait horreur. On l’aura compris, JJ est un pigeon précieux. Il glane des morceaux encore chauds de brioches qui dégringolent des poussettes. Il doit être rapide, de façon à contrer la flopée de semelles et d’asphalte mélangés qui détruisent les saveurs. 

Puis, rassasié, il atterrit avec grâce dans le bac à sable. Il y plonge la tête entière. Il en profite pour faire un brin de toilette, un gommage dans le sable abreuvé de rosée. Mais JJ a une idée en tête. Il s’agit d’une tâche plus grande, plus noble. Il travaille à sa création annuelle. 

Puis, rassasié, il atterrit avec grâce dans le bac à sable. Il y plonge la tête entière. Il en profite pour faire un brin de toilette, un gommage dans le sable abreuvé de rosée. Mais JJ a une idée en tête. Il s’agit d’une tâche plus grande, plus noble. Il travaille à sa création annuelle. 

Il se met à déloger avec une frénésie enthousiaste les merveilles englouties : Kinder surprises, figurines en tout genre, fèves usées, bracelets brésiliens, hochets, bribes de ballons, une médaille de baptême….. « Pssschht, Bouh, Bouh »  les mamans arrivent, il est chassé. Il les entend marteler « quel nid à microbe, Mia ne t’approche pas c’est sale » « c’est » sale, ça lui fait toujours un serrement au coeur. Il a juste le temps d’avaler une portion de grains de sable, opération qui lui facilitera le broyage des aliments au fond du gésier et emporte son lot de trouvailles dans son baluchon

Il se met à déloger avec une frénésie enthousiaste les merveilles englouties : Kinder surprises, figurines en tout genre, fèves usées, bracelets brésiliens, hochets, bribes de ballons, une médaille de baptême….. « Pssschht, Bouh, Bouh »  les mamans arrivent, il est chassé. Il les entend marteler « quel nid à microbe, Mia ne t’approche pas c’est sale » « c’est » sale, ça lui fait toujours un serrement au coeur. Il a juste le temps d’avaler une portion de grains de sable, opération qui lui facilitera le broyage des aliments au fond du gésier et emporte son lot de trouvailles dans son baluchon

 Droit sur le parvis du Louvre. Là, il ajoute à sa collection des tickets d’entrée divers et variés - illustrés -, il trouve quelques porte-clés de tour eiffel égarés, un assortiment cosmopolite de billets, une birkenstock égarée, 2 bretzels, des morceaux de parapluie hello kitie, trois masques blancs nippons anti pollution, cinq kitkats entamés au wasabi, gâteaux au thé vert et j’en passe. Une mine lorsque JJ prend sur lui de fouiller les poubelles. Il prend au passage un cours de langue  « paloma /«  鸽子 Gēzi/ハトHato/Taube/ piccione/حمامة Hamama/Biri/Pombo/कबूतर Kabuutar/pigeon/יוֹנָה, יונה, תסיל/голубь golu’b. Pfffiouuou, quelle vaste cacophonie!!!

 Droit sur le parvis du Louvre. Là, il ajoute à sa collection des tickets d’entrée divers et variés - illustrés -, il trouve quelques porte-clés de tour eiffel égarés, un assortiment cosmopolite de billets, une birkenstock égarée, 2 bretzels, des morceaux de parapluie hello kitie, trois masques blancs nippons anti pollution, cinq kitkats entamés au wasabi, gâteaux au thé vert et j’en passe. Une mine lorsque JJ prend sur lui de fouiller les poubelles. Il prend au passage un cours de langue  « paloma /«  鸽子 Gēzi/ハトHato/Taube/ piccione/حمامة Hamama/Biri/Pombo/कबूतर Kabuutar/pigeon/יוֹנָה, יונה, תסיל/голубь golu’b. Pfffiouuou, quelle vaste cacophonie!!!

Au marché Bio des Batignolles, il retrouve quelques camarades férus de gastronomie. Graines alléchantes, alfalfa, fenugrec, soja vert, trèfle rouge, cresson, moutarde noire, radis pourpre, avoine, les cristaux de sel rose de l’Himalaya, les herbes aromatiques comme le thym, la marjolaine, la menthe poivrée, l’aneth, la sauge, le persil et la quantité de restes qui jonchent le sol. Il éructe de plaisir. Chiffons de viandes rouges, lambeaux de poisson, tout un assortiment bariolé où puiser une bonne quantité de sels minéraux, parachèvent son butin. Puis, satisfait, il continue son périple.  

Au marché Bio des Batignolles, il retrouve quelques camarades férus de gastronomie. Graines alléchantes, alfalfa, fenugrec, soja vert, trèfle rouge, cresson, moutarde noire, radis pourpre, avoine, les cristaux de sel rose de l’Himalaya, les herbes aromatiques comme le thym, la marjolaine, la menthe poivrée, l’aneth, la sauge, le persil et la quantité de restes qui jonchent le sol. Il éructe de plaisir. Chiffons de viandes rouges, lambeaux de poisson, tout un assortiment bariolé où puiser une bonne quantité de sels minéraux, parachèvent son butin. Puis, satisfait, il continue son périple.  

Là, à Barbès-Rochechouart, il lui faut redoubler de malice pour s’emparer d’épis de mais cuit, d’arachides, de chips de banane plantain, de morceaux de papaye verte crue pimentée, de sachets de graines de tournesol à mâcher. Et puis pour finir - et c’est un accessoire qui plaira à certains de ses congénères- il s’empare de trainées de rajouts capillaires que les femmes ont perdus au rythme de leur trajectoires plus ou moins empressées. Encore quelques morceaux de wax jetés dans les caniveaux et bientôt JJ met le cap sur Saint-Vincent de Paul. 

Là, à Barbès-Rochechouart, il lui faut redoubler de malice pour s’emparer d’épis de mais cuit, d’arachides, de chips de banane plantain, de morceaux de papaye verte crue pimentée, de sachets de graines de tournesol à mâcher. Et puis pour finir - et c’est un accessoire qui plaira à certains de ses congénères- il s’empare de trainées de rajouts capillaires que les femmes ont perdus au rythme de leur trajectoires plus ou moins empressées. Encore quelques morceaux de wax jetés dans les caniveaux et bientôt JJ met le cap sur Saint-Vincent de Paul. 

Roucoulement de satisfaction, il y a un mariage!!!! En plein vol - il entend les cris effarouchés de l’assistance - il rapte des dragées, du riz blanc et safrané mais aussi un thâli lancé, une couronne de fleurs de lotus en papier. Il ose l’affront jusqu’à dérober , dans une corbeille sur l’escalier, quelques tilak prêt-à-poser. Houspillé, il file avec une fougue rarement égalée.  

Roucoulement de satisfaction, il y a un mariage!!!! En plein vol - il entend les cris effarouchés de l’assistance - il rapte des dragées, du riz blanc et safrané mais aussi un thâli lancé, une couronne de fleurs de lotus en papier. Il ose l’affront jusqu’à dérober , dans une corbeille sur l’escalier, quelques tilak prêt-à-poser. Houspillé, il file avec une fougue rarement égalée.  

Tout ça le mène jusqu’au 13e arrondissement où il enroule quelques nouilles autour de son bec, attrape quelques pétards, des éventails, un dragon en papier, des baguettes. Enfin, et c’est là le plus mystérieux, JJ se dirige vers les hautes tours de la Bibliothèque nationale de France. 

Tout ça le mène jusqu’au 13e arrondissement où il enroule quelques nouilles autour de son bec, attrape quelques pétards, des éventails, un dragon en papier, des baguettes. Enfin, et c’est là le plus mystérieux, JJ se dirige vers les hautes tours de la Bibliothèque nationale de France. 

Enfin,  il se poste sur un des arbres qui domine le jardin intérieur et entonne une ultime roucoulade, aux accents étranges et stridents. Un écheveau de pigeon surgit qui entame une mélopée redoutable. Là maintenant, l’écran de plomb argenté, leur ciel où naviguer, se mue en écrin irisé. Toutes ces toisons accordées, c’est le pigeon voyageur, le pigeon de Nicobar, le pigeon à nuque blanche du Cameroun, le goura de sheepmaker, le pigeon Rameron d’Afrique du Sud, des pigeons taiwanais, le pigeon des neiges, des tourterelles turques, pigeons irakiens, congolais, des pigeons ramier, bizet, colombin, pigeon perroquet, pigeons verts des régions tropicales….C’est bientôt Noël, ils sortent du bois urbain.

Enfin,  il se poste sur un des arbres qui domine le jardin intérieur et entonne une ultime roucoulade, aux accents étranges et stridents. Un écheveau de pigeon surgit qui entame une mélopée redoutable. Là maintenant, l’écran de plomb argenté, leur ciel où naviguer, se mue en écrin irisé. Toutes ces toisons accordées, c’est le pigeon voyageur, le pigeon de Nicobar, le pigeon à nuque blanche du Cameroun, le goura de sheepmaker, le pigeon Rameron d’Afrique du Sud, des pigeons taiwanais, le pigeon des neiges, des tourterelles turques, pigeons irakiens, congolais, des pigeons ramier, bizet, colombin, pigeon perroquet, pigeons verts des régions tropicales….C’est bientôt Noël, ils sortent du bois urbain.

La procession s’engouffre chez Jean Jacques, boulevard Haussmann.  Là, JJ déverse son trophée. Tous, alors, dans l’allégresse, se mettent à piocher, heureux de retrouver quelques fragments d’identité. On décore le platane avec toute cette bimbeloterie. On se confie. Le congolais raconte de quelle façon il fut poursuivi au filet, au feu, tout ça pour finir dans une tarte au pigeon. Le taïwanais a dû fuir les lâchers sauvages organisés au beau milieu de l’océan pour les courses saisonnières. Beaucoup de ses amis sont morts noyés. Le Pékinois renchérit sur le sort effroyable des pigeons siffleurs, maltraités lors de spectacles d'acrobaties aériennes et sonores. C’est au tour des pigeons syriens, accusés d’espionnage, de rapporter quelques cruelles exactions.   Et puis, on mange, on s’esclaffe, on siffle, on chante. JJ n’a pas oublié d’honorer, aussi, quelques vétérans de l’armée française.  Ce soir, on est heureux. 

La procession s’engouffre chez Jean Jacques, boulevard Haussmann.

Là, JJ déverse son trophée. Tous, alors, dans l’allégresse, se mettent à piocher, heureux de retrouver quelques fragments d’identité. On décore le platane avec toute cette bimbeloterie. On se confie. Le congolais raconte de quelle façon il fut poursuivi au filet, au feu, tout ça pour finir dans une tarte au pigeon. Le taïwanais a dû fuir les lâchers sauvages organisés au beau milieu de l’océan pour les courses saisonnières. Beaucoup de ses amis sont morts noyés. Le Pékinois renchérit sur le sort effroyable des pigeons siffleurs, maltraités lors de spectacles d'acrobaties aériennes et sonores. C’est au tour des pigeons syriens, accusés d’espionnage, de rapporter quelques cruelles exactions. 

Et puis, on mange, on s’esclaffe, on siffle, on chante. JJ n’a pas oublié d’honorer, aussi, quelques vétérans de l’armée française.

Ce soir, on est heureux.