Rosel

La maison de famille...un vrai corps, en plus ou moins grande résonance avec les événements qui s’y jouent, subissant, ou se rebellant, critiquant ou assumant la parole de ses occupants. Partir d’un âge d’or situé dans un passé rêvé, idéalisé jusqu’au déclin puis l’abandon.

Sélectionné pour Arquiteturas Film Festival Lisboa, 2016.